L'histoire de la lingerie

Les sous-vêtements féminins comprennent deux choses bien distinctes : d’une part le corset et les diverses structures amplifiant la jupe qui sculptent la silhouette et, d’autre part, la lingerie. Les mutations que les dessous ont connues au cours de ces 150 ans sont étroitement liées à l'évolution des robes, la partie émergée... Mais elles témoignent aussi des changements de la condition féminine.

Dès le début de la civilisation, les femmes se sont misent à porter des sous-vêtements, présentés comme mesure de protection ou d'hygiène. Au fil des années, au gré des mentalités et des mœurs, la lingerie est apparue, s'est transformée…

D'abord utilitaire, la lingerie apparaît très sommaire durant la Grèce et la Rome antique sous la forme d'un apodesme, un bandeau de tissu placé sous la poitrine afin de la maintenir lors des mouvements. Par la suite, la chute de l'Empire romain et les grandes invasions celtes et germaniques signent la liberté du buste.

Apodesme

Représentation de l'apodesme, ancêtre du soutien-gorge

Mais au XIIe siècle, fini la liberté : taillé près du corps, lacé, le corsage serre le buste comme une cuirasse. Les sous-vêtements étranglent le corps. Placé sur la poitrine, il devient gorgerette au Moyen Âge et se porte en complément d'une grossière tunique en coton ou en lin qui fait guise de sous-vêtement. À l'aube de la Renaissance, les basquines (ancêtres des corsets) font leur apparition et n'auront de cesse d'évoluer. (voir Histoire du corset)

Les siècles passent, les dessous continuent d'évoluer. Ce n'est qu'à la fin du XIXeme siècle que le terme "dessous" se substitue à l'expression moins romantique de "linge de corps", ancien mot pour lingerie, plus proche de la culture du trousseau que de celle de l'érotisme.

Dentelle, broderie, effets de tissage contribuent à l’ornementation de la lingerie. L'adoption du pantalon, fendu pour les dames, fermé pour les demoiselles, va se compléter à d'autres pièces coquines qui vont faire le bonheur des dames... et des hommes ! Le corset, jugé trop contraignant, s'accommode mal des velléités libertaires de la garçonne des Années folles. Quelques couturiers, tels Paul Poiret, Madeleine Vionnet, le bannissent. Parallèlement, le mode de vie change.

Au XXe siècle, quand les guerres arrivent, les hommes se battent et les commerçantes se mettent au volant, les usines se remplissent d'un personnel féminin qui souhaite se simplifier l'existence. Elles troquent leur corset contre une gaine, plus souple, donc plus facile à enfiler où les baleines sont remplacées par des ressorts caoutchoutés. Le corset ne s'en remettra pas et laissera la place au soutien-gorge.

Corset et pantalon fendu Lingerie 1950
Corset et pantalon fendu Lingerie typique des années 50

 

C'est une jeune Américaine, Mary Phelps Jacob, qui eut l'idée, en 1913, de fabriquer un soutien-gorge à l'aide de mouchoirs et d'épingles de sûreté. Elle tente de le commercialiser mais en vain. Elle cédera le brevet à l'entreprise Warner's qui met au point, en 1931, un tissu élastique dans les deux sens, qui servira à la confection des premiers modèles. C'est Warner's encore qui crée les bonnets à profondeur variable, de A à E, les bretelles élastiques et même le bonnet moulé sans couture des années 70.

 

Avec l'apparition des nouvelles matières (nylon en 1936, Lycra en 1960…) et de technologies permettant les imprimés et fantaisies, le soutien-gorge et la culotte deviennent des objets de séduction alliant confort et esthétisme. Le Strech, le satin, la soie, la résille, la mousseline,… s'emparent du marché des sous-vêtements et de la lingerie.

A la fin des années 90, l'obsession est la discrétion. Plus question de repérer, sous la jupe ou le pantalon, la trace d'un slip ou d’une culotte, ou de deviner, sous un pull, le relief d'un soutien-gorge. Les recherches vont donc dans ce sens. Le string et les tangas font alors leur apparition dans toutes les boutiques de lingerie.

Depuis quelques années, les tendances jouent au croisement des matières, des modes et des styles : les lacets se font érotiques, les petits nœuds romantiques … La petite culotte, longtemps réservée aux jeunes filles, revient à la mode. Les boxers et les shortys (entre la culotte et le boxer) ont fait une entrée en force sur les marchés. Confortables, invisibles… ils s'avèrent de sérieux concurrents au string ! On voit également réapparaître plus sérieusement les corsets, guêpières et porte-jarretelles, compagnons des occasions particulières comme les mariages, les soirées romantiques…

Guêpière de mariage blanche
Guêpière de mariage blanche

Atout de séduction, minceur ou confort… le corset, soutien-gorge, string et toute la lingerie que l’on connaît de nos jours, ne sont pas de simples objets utilitaires, mais les éléments d'un rituel mystique liant les hommes et les femmes.

Satisfait ou rembourse Livraison point relais et domicile so colissimo Paiement securise FAQ